Logo de Femmes de Mékinac

Femmes de Mékinac


Présentation Membres Activités Documents et Publications Femmes de coeur Revue de presse Pour nous joindre

Dossier : Prévention de la violence faite aux femmes et aux filles

Femmes de Mékinac a conçu une panoplie d'outils afin de prévenir la violence faite aux femmes et aux filles dans Mékinac. Parmi ces outils : des dépliants, des posters, un répertoire des ressources disponibles et plusieurs articles dans l'hebdomadaire L'Hebdo de Mékinac / Des Chenaux.

 

Maintenant disponible en version PDF, voici un résumé des réalisations reliées à notre campagne de sensibilisation sur la violence faite aux femmes et aux filles de Mékinac dans le cadre du programme de mobilisation des collectivités (PMC).

Partie 1 - Les pages 1 à 07 (494 K) Dossier PMC #1
Partie 2 - Les pages 8 à 19 (691 K) Dossier PMC #2

     
 
Répertoire des ressources en matière de violence conjugale dans Mékinac

Dépliant La violence conjugale détruit... Réagissons !
Dépliant La violence c'est assez ! Numéro 1
Dépliant La violence c'est assez ! Numéro 2

Poster J'ai reçu des fleurs aujourd'hui
Poster La violence conjugale détruit !! Réagissons
Poster L'amour ça devrait pas faire mal... Parles-en !

Article Connaissez-vous le Centre de Femmes de Mékinac ?
Article La violence détruit... Réagissons!
Article Les comportements violents, tentons de les comprendre...
Article Les conséquences de la violence chez la victime ainsi que sur son entourage.
Article Ne soyons pas complices de la violence... réagissons !
Article Tu es victime de violence ? Tu connais une personne qui en est victime ? Tu as des questions ?
Article Pour mieux comprendre et lutter contre la violence
Article La violence conjugale ? Non merci !

Affiche Coup de velours dans un gant de fer
     
  Peinture réalisée par Mme Claude Tremblay de Lac-aux-Sables

Peinture réalisée par Mme Claude Tremblay de Lac-aux-Sables

Poster :

J'ai reçu des fleurs aujourd'hui

Pour lire le poème figurant sur le poster, cliquer ici

Disponible au Centre

     
 

J'ai reçu des fleurs aujourd'hui

Poème figurant sur notre poster : J'ai reçu des fleurs aujourd'hui

 

J'ai reçu des fleurs aujourd'hui...
Ce n'était pas mon anniversaire ni un jour spécial
Nous avons eu notre première dispute hier dans la nuit
et il m'a dit beaucoup de choses cruelles qui m'ont vraiment blessées.
Je sais qu'il est désolé et qu'il n'a pas voulu dire les choses qu'il m'a dites
parce qu'il m'a envoyé des fleurs aujourd'hui.

 

J'ai reçu des fleurs aujourd'hui.
Ce n'était pas notre anniversaire ni un autre jour spécial.
Hier, dans la nuit, il m'a poussé contre un mur et a commençé à m'étrangler.
Ça ressemblait à un cauchemar, je ne pouvais croire que c'était réel.
Je me suis réveillée ce matin le corps douloureux et meurtri.
Je sais qu'il est désolé parce qu'il m'a envoyé des fleurs aujourd'hui.

 

J'ai reçu des fleurs aujourd'hui
et ce n'était pas la fête des mères ni un autre jour spécial
Hier dans la nuit, il m'a à nouveau battu, c'était beaucoup plus violent
que les autre fois. Si je le quitte , que deviendrais-je?
Comment prendre soin de mes enfants?
Et les problèmes financiers?
J'ai peur de lui mais je suis effrayée de partir. Mais je sais qu'il est
désolé parce qu'il m'a envoyé des fleurs aujourd'hui.

 

J'ai reçu des fleurs aujourd'hui.
Aujourd'hui, c'est un jour très spécial,
c'était mes funérailles.
Hier dans la nuit, il m'a finalement tué.
Il m'a battu à mort.
Si seulement j'avais trouvé assez de courage pour le quitter,
je n'aurais pas reçu des fleurs aujourd'hui...

 

Haut de la page

 

Poster :

La violence conjugale détruit !! Réagissons

Disponible au Centre

Peinture réalisée par Mme Danielle Bolduc  de Notre-Dame-de-Montauban

Peinture réalisée par Mme Danielle Bolduc de Notre-Dame-de-Montauban

Haut de la page

Peinture réalisée par Mme Danielle Bolduc  de Notre-Dame-de-Montauban

Peinture réalisée par Mme Danielle Bolduc de Notre-Dame-de-Montauban

Poster :

L'amour ça devrait pas faire mal... Parles-en !

Disponible au Centre

  Haut de la page

 

Répertoire :

Répertoire des ressources en matière de violence conjugale dans Mékinac

Disponible au Centre

Peinture réalisée par Mme Suzan Béland de Sainte-Thècle

Peinture réalisée par Mme Suzan Béland de Sainte-Thècle

  Haut de la page

 

Dépliant s'adressant à la population

Dépliant :

La violence conjugale détruit... Réagissons !

Disponible au Centre

  Haut de la page

 

Dépliant :

La violence c'est assez ! Numéro 1

Disponible au Centre

Dépliant s'adressant aux adolescents du niveau secondaire
  Haut de la page

Dépliant s'adressant aux adolescents du niveau secondaire

Dépliant :

La violence c'est assez ! Numéro 2

Disponible au Centre

Haut de la page

 

Affiche :

Annonçant la pièce de théâtre

"Coup de velours dans un gant de fer"

Disponible au Centre

Pièce de théâtre présentée le 25 avril 2003

  Haut de la page

 

Connaissez-vous le Centre de Femmes de Mékinac ?

Hebdo Mékinac Des Chenaux - Le 25 janvier 2003

 

Depuis maintenant trois ans le Centre de femmes de Mékinac propose des activités et oeuvre à l'amélioration de la qualité de vie des femmes de notre territoire. Bien que plusieurs de nos actions visent à contrer la violence faite aux femmes, un centre de femmes, c'est avant tout une ressource qui offre des services à toutes les femmes de la région peu importe leur statut social. C'est aussi un lieu d'accueil chaleureux où les femmes peuvent se rassembler afin d'échanger, un lieu où l'on ne juge pas, un lieu où l'on écoute et tente d'aider et de comprendre; le tout dans la confidentialité. C'est également un lieu de réflexion, d'informations, de formations, d'actions concertées avec d'autres groupes afin de favoriser le plein épanouissement des femmes dans leur milieu.

 

Parmi les buts poursuivis par le Centre de Femmes, nous retrouvons : tisser des liens, apprendre à se connaître, à s'affirmer, à s'accepter telle que l'on est, à respecter nos différences, à développer une confiance en soi et une solidarité entre nous.

 

Nous sommes des agentes de changement social dans notre milieu et ce, dans le but de favoriser l'implication des femmes à tous les niveaux.

 

Le Centre est là pour toutes les femmes de la MRC de Mékinac sans aucune discrimination. C'est votre Centre !

 

Cette année, le Centre de Femmes de Mékinac a reçu un appui financier de Stratégie nationale sur la sécurité et la prévention du crime. Le projet présenté vise à initier une campagne de sensibilisaton à la violence, tout en améliorant les services et l'accès aux services en matière de violence faite aux femmes et aux filles du territoire de la MRC de Mékinac. Ainsi dans les semaines qui vont suivre, des chroniques vous seront présentées abordant différents sujets reliés à la violence. Les formes de violence, les conséquences, la prévention feront partie de ceux-ci. En attendant voici quelques statistiques concernant la violence.

 

Saviez-vous que ?

 

Avec 662 victimes par 100 000 femmes âgées de 12 ans ou plus, la Mauricie se plaçait en 1998 au 12ième rang des régions administratives du Québec pour les actes de violence signalés aux corps policiers. Quarante-deux pour cent de ces actes ont été perpétrés par un conjoint, un ex-conjoint ou un ami intime. Cette proportion dépassait légèrement la moyenne québécoise (39%).

 

Dans l'ensemble du Québec, 93% des actes de violence portés envers les femmes ont été commis par des personnes qui faisaient partie de l'entourage immédiat de la victime.

 

Plusieurs jeunes filles du secondaire connaissent la violence dans leurs relations amoureuses et refusent généralement d'en parler à qui que ce soit.

 

Un jeune sur quatre, ainsi que des adultes, pensent que de serrer le bras d'une fille sans laisser de marques n'est pas vraiment violent.

 

La semaine prochaine, nous verrons les différentes formes de violence...

  Haut de la page

 

La violence détruit... Réagissons !

Hebdo Mékinac Des Chenaux - Le 1er février 2003

 

Si la violence en général touche autant les hommes que les femmes, la violence conjugale est un phénomène dont les femmes sont surtout victimes. La violence dans les fréquentations désigne toute attaque sexuelle, physique ou psychologique infligée délibérément par un partenaire à la personne qu'il fréquente. Cette définition nous convainc que toutes les formes de violence sont nuisibles et doivent être prises au sérieux.

 

Il y a violence conjugale quand un homme tente de contrôler le comportement de son épouse, de sa conjointe ou de sa compagne. La violence conjugale est un emploi abusif de pouvoir, qui se sert des liens de l'intimité, de la confiance et de la dépendance entre un homme et une femme pour placer cette dernière dans un état d'inégalité, d'impuissance et d'insécurité. La violence conjugale peut toucher toutes les femmes ainsi que les jeunes filles. Elle peut prendre une ou plusieurs des formes suivantes :

La violence physique est la forme de violence la plus évidente. Elle porte atteinte à l'intégrité physique de la victime de quelle que façon que ce soit (tapes, coups, strangulation, brûlures, poussées, etc.). Elle peut conduire jusqu'à la mort. Elle laisse des marques autant psychologiques que physiques chez la personne qui la subit.

 

La violence sexuelle est définie comme étant tout contact sexuel non désiré. Le recours à la force ou au chantage pour obliger un ou une partenaire à avoir des relations sexuelles est utilisé. Le viol et la tentative de viol font évidemment partie de cette forme de violence. Elle se manifeste aussi par des plaisenteries et des insultes à caractère sexuel, par des attouchements indésirables ainsi que par toutes formes de harcèlement sexuel.

 

La violence psychologique, à l'instar de l'abus sexuel ou de la violence physique, varie en intensité et ses conséquences sont diverses. Que ce soit insulter son ou sa partenaire, le ou la rabaisser, le ou la menacer, le ou la terroriser, détruire ses biens, l'isoler de ses ami(e)s et / ou de sa famille, se montrer très possessif, démontrer une jalousie extrême, ce sont tous des comportements représentant la violence psychologique. Le but étant toujours d'exercer un contrôle sur l'autre personne.

 

La violence verbale consiste à humilier l'autre par des messages méprisants, blessants, d'intimidation ou de menaces. Il arrive aussi qu'on fasse des reproches injustifiés, de fausses accusations d'infidèlité.

Une personne peut être victime de plusieurs formes de violence. Il est rare que la violence conjugale soit un incident isolé. En général, elle fait partie d'un cycle d'abus ou d'actes violents, suivi d'une "lune de miel", puis d'une période de nouvelles tensions menant à un autre éclatement de violence. La personne qui la subit se sent souvent démunie, seule et a une faible estime d'elle-même, elle a besoin d'aide et de soutien pour briser ce cycle de la violence.

 

(Source Santé Canada, Centre national d'information sur la violence dans la famille)

 

Quelles que soient les formes de violence utilisées, elles sont toutes dommageables et inacceptables !

 

La semaine prochaine, nous verrons les différents comportements violents et tenterons de les comprendre...

  Haut de la page

 

Les comportements violents, tentons de les comprendre...

Hebdo Mékinac Des Chenaux - Le 8 février 2003

 

Tout d'abord, il faut admettre que la personne qui commet un acte violent est responsable de son comportement.

 

Certaines caractéristiques sont présentes chez l'homme agresseur. On dit que c'est, habituellement, un homme qui a une faible estime de lui, qu'il est isolé et a peu de vrais amis. Il a été violenté ou témoin de violence dans sa famille. C'est quelqu'un de jaloux et contrôlant, il est très dépendant affectivement et émotionnellement de sa partenaire, il a très peur qu'elle le quitte, mais s'efforce de projeter une image d'indépendance. Il règle ses difficultés par la violence et blâme les autres de ses pertes de contrôle. C'est un homme qui a une conception rigide du rôle de l'homme et de la femme.

 

L'homme violent se retrouve dans tous les milieux socio-économiques. Il n'est pas nécessairement une "brute" et possède souvent une bonne image sociale.

 

Il n'est pas évident pour un individu de reconnaître qu'il a un comportement violent. Voici quelques questions que l'on peut se poser :

Suis-je capable d'exprimer mes sentiments et mes besoins ?

Suis-je capable d'exprimer d'autres sentiments que ma colère et ma haine ?

Est-ce que je respecte le droit à ma partenaire d'être différente, de prendre ses propres décisions ?

Suis-je capable de me fâcher sans devenir violent verbalement, psychologiquement ou physiquement ?

M'arrive-t-il de la menacer pour obtenir ce que je veux ? Par exemple : menacer de la quitter... menacer de la frapper... menacer de me suicider... menacer de lui couper les vivres...

Malheureusement, une minorité d'hommes à caractère violent vont reconnaître leur problème et vont accepter de suivre une thérapie. Habituellement, un homme va décider de faire la démarche lorsque sa partenaire l'a quitté ou est en voie de le quitter. Lors de la thérapie, l'homme est amené à discuter de son agressivité, de son impulsivité en vue d'une amélioration personnelle. On l'aide également à développer une communication plus efficace mais aussi une résolution de conflit plus constructive. Bref, l'homme va chercher des outils pour s'améliorer en tant qu'individu et dans sa relation de couple.

 

Est-ce qu'un homme violent peut changer ?

 

Oui, il peut changer mais s'il obtient de l'aide et s'il accepte de travailler très fort durant sa démarche. Le fait de demander de l'aide constitue un premier pas, un pas énorme, vers le changement. Par la suite, tout dépendra de sa motivation et de sa tenacité à poursuivre ses efforts pour changer son comportement violent et contrôlant.

 

Il existe en Mauricie, un organisme-ressource pour les hommes à caractère violent et contrôlant. Il s'agit de l'Accord-Mauricie, situé à Trois-Rivières. Une thérapie est dispensée à Shawinigan. Le numéro de téléphone pour les rejoindre est le (819) 693-5264.

 

La semaine prochaine, nous verrons les conséquences de la violence...

  Haut de la page

 

Les conséquences de la violence chez la victime ainsi que sur son entourage.

Hebdo Mékinac Des Chenaux - Le 15 février 2003

 

La violence conjugale n'est pas sans avoir des conséquences chez la victime, l'agresseur, les enfants...

 

Pour la femme victime, les années de vécu de violence laissent de terribles séquelles dans le corps et dans le coeur. Elle se sent diminuée, a peu d'estime d'elle-même, manque de confiance en elle, n'arrive plus à predre de décisions, s'isole socialement. Elle se sent souvent fatiguée, épuisée, vidée, dépressive; elle n'a plus le goût de rien, certaines ont des idées suicidaires. Elle a souvent des troubles de sommeil et de santé. Les répercussions associées à la violence ne sont jamais anodines chez les femmes qui vivent la violence. C'est toujours une personnalité entière qui est ébranlée. Quelles que soient les circonstances et le type de violences subies, les femmes ressentent honte et culpabilité. Il y a bien sûr les conséquences physiques telles que douleurs chroniques, maladies transmises sexuellement, membres cassés qui peuvent conduire jusqu'à la mort. La violence envers les femmes ou même la menace de la violence a principalement comme conséquence de maintenir les femmes dans un état de peur ou de vulnérabilité.

 

La personne qui exerce la violence conjugale peut ressentir la peur que sa relation de couple se termine, une réelle et pénible culpabilité et un manque de confiance en elle. De plus, la violence entraîne souvent des problèmes judiciaires (interventions policières, comparutions au tribunal, incarcération ou prison, suivis de probations, dossiers criminele). Elle amène aussi l'échec du couple, une baisse des liens affectifs et des rapports sexuels, une perte d'emploi, des jugements défavorables de la part de l'entourage, une diminution du droit de visite des enfants et l'isolement graduel de l'agresseur.

 

La violence conjugale n'est pas sans conséquences pour les enfants. En plus de la possibilité que les enfants soient ou deviennent eux-mêmes victimes de violence, les enfants qui grandissent dans un tel contexte vivent les tensions, la peur et la confusion reliées à cette situation. Ils sont donc eux-mêmes victimes de violence émotive. L'insécurité, le manque d'estime de soi, le peu de confiance en soi sont alors des conséquences reliées directement au vécu de la violence à l'âge adulte. Ils peuvent avoir tendance à recourir à la violence pour résoudre les problèmes.

 

Les personnes âgées sont parfois aussi victimes de violence. Cela se traduit par de l'abus, des mauvais traitements qui peuvent prendre la forme de négligence. Par exemple : privation de nourriture, d'un abri convenable, de vêtements, de soins médicaux, d'argent ou de biens. L'abus peut également être de nature psychologique : être ridiculisé par les enfants, être menacé d'abandon. Les conséquences de cette violence sont : une détérioration générale de l'état de santé, confusion, dépendance, peur, dépression et désespoir, isolement, solitude, insomnie et même, des tendances suicidaires.

 

La personne qui subit de la violence a besoin d'aide pour s'en sortir, a besoin qu'on l'écoute. Portons une attention à notre entourage.

 

Peut-on prévenir la violence ? C'est ce que nous verrons la semaine prochaine.

  Haut de la page

 

Ne soyons pas complices de la violence… réagissons !

Hebdo Mékinac Des Chenaux - Le 22 février 2003

 

Pour prévenir la violence conjugale, chaque personne doit faire sa part. Qu'il s'agisse de violence faite aux femmes, aux enfants, aux personnes âgées, etc. Elle est inacceptable ! Il est donc important de la dénoncer, de se sentir concerné en tant qu'individu, en tant que société. On remarque une banalisation de la violence, un haut niveau de tolérance à l'égard de la violence en général et de celle faite aux femmes en particulier, peut-être est-ce dû aux véhicules médiatiques porteurs de violence, de stéréotypes et de sexisme : les vidéoclips, la pornographie, les romans à l'eau de rose ( ex. Harlequins), etc. L'éducation faisant la promotion de rapports égalitaires entre les hommes et les femmes est donc à souhaiter.

 

Soyons conscients que chaque jour : une voisine se fait tabasser par son mari… un enfant se fait brasser à mort… un homme frappe et humilie sa femme devant les enfants… un grand-père abuse de sa petite fille… un gars bat sa blonde qui veut le quitter… une personne âgée se sent abandonnée… un patron harcèle sa secrétaire… un homme viole une inconnue…

 

Une façon d'aider ces victimes est avant tout de les écouter, de les croire lorsqu'elles se confient à nous, de les soutenir, de les encourager à dénoncer, de les informer des services et ressources disponibles dans leur milieu.

 

Peut- on prévenir la violence conjugale ?

 

Oui c'est possible d'éviter d'en être une victime. Il existe ce qu'on appelle des facteurs de protection. L'estime de soi en fait partie. On retrouve trois composantes importantes pour avoir une bonne estime de soi, soit : le respect de soi, la confiance en soi et l'affirmation de soi. Si je me respecte, je n'accepterai pas de subir de la violence, les propos abaissants, les insultes, je n'accepterai pas que l'on touche à mon intégrité. Si j'ai confiance en moi, en mes forces, mes capacités, je me sentirai moins vulnérable. Si je m'affirme, que je prends ma place, que j'exprime mes besoins, je ne laisserai pas une autre personne m'envahir. Et je n'accepterai pas qu'une autre personne tente de me contrôler.

 

Agir pour s'en sortir !

 

Dire non à la violence conjugale c'est commencer par : reconnaître la violence conjugale pour ce qu'elle est, soit un abus de pouvoir; c'est de se sentir concerné lorsqu'une personne de mon entourage est victime de violence; c'est de soutenir concrètement la victime dans le respect de ses choix.

 

Passer à l'action pour la victime c'est dire non à la violence soit : en ne restant pas seule, en osant en parler, en s'informant de ses droits, en recherchant du support auprès de personnes sensibilisées à ce problème, en contactant les policiers pour assurer sa protection et celle de ses enfants.

 

Nous vous ferons connaître les ressources du milieu avec la dernière chronique de la semaine prochaine…

  Haut de la page

 

Tu es victime de violence ? Tu connais une personne qui en est victime ? Tu as des questions ?

Hebdo Mékinac Des Chenaux - Le 1er mars 2003

 

Voici les ressources disponibles en matière de violence conjugale dans Mékinac et une brève description des services qui y sont offerts.

 

Centre de Femmes de Mékinac

(418) 289-2588

 

Ligne d'écoute : (418) 289-2422 ou Sans frais 1-866-666-2422

 

Services offerts :

Accueil et référence; écoute téléphonique; relation d'aide; formation Antidote (portant sur l'estime de soi); prévention; sensibilisation.

 

   

La Séjournelle

(819) 537-8348

 

SOS Violence conjugale : 1-800-363-9010

 

Services offerts :

Hébergement (femmes avec ou sans enfants); services cliniques (avec ou sans hébergement); ligne d'urgence 24 / 7; interventions à court, moyen et long terme; services accompagnement (judiciaire, médical, etc.); prévention; sensibilisation; formation.

 

   

Accord Mauricie Inc.

(819) 693-5264

 

Services offerts :

Évaluation des clients en regard des comportements contrôlants et violents; thérapie de groupe; suivi post-thérapie; prévention; sensibilisation; conférences.

 

   

Centre de Santé et de Services Sociaux de la Vallée-de-la-Batiscan

(418) 365-7555

 

Info Sociale 24 / 7 : (418) 365-7555

 

Services offerts :

Accueillir les personnes qui demandent de l'information ou de l'aide; évaluation; intervention de crise; intervention psychosociale; Suivi thérapeutique à court, moyen ou long terme; dépistage.

 

   

Sureté du Québec

(418) 365-4365 ou 911

 

Services offerts :

Intervention de crise; protection des personnes menacées; arrestation des suspects; traduire devant les tribunaux; inscription des plaintes; lorsqu'un suspect de violence conjugale est libéré, informer la victime des conditions de remise en liberté de l'accusé; renseigner les victimes sur les ressources d'aide existantes.

 

   

CALACS

Centre d'Aide et de Lutte Contre les Agressions à Caractère Sexuel

(819) 373-1232

   

CAVAC

Centre d'Aide aux Victimes d'Actes Criminels de la Mauricie - Centre du Québec

(819) 373-0337 ou Sans frais : 1-888-55CAVAC

   

 

 

N'hésitez pas à appeler, nous sommes là pour vous !

 

Voilà, il s'agit de la dernière chronique d'une série de 6. Nous espérons avoir suscité votre intérêt et votre désir de dénoncer des situations de violence. Nous, du Centre de Femmes de Mékinac, travaillons dans le but d'améliorer les conditions de vie des femmes, nous avons besoin de votre appui, de votre soutien afin d'atteindre notre but. Dans la poursuite de notre projet de sensibilisation à la violence, nous vous invitons à venir voir une pièce de théâtre qui s'intitule : "Coup de velours dans un gant de fer" le vendredi le 25 avril à 20h00 à l'auditorium de l'école secondaire Paul Lejeune. Billets en vente à votre Centre de Femmes de Mékinac et à la porte le soir de la représentation.

Haut de la page

   
 
Répertoire des ressources en matière de violence conjugale dans Mékinac

Dépliant La violence conjugale détruit... Réagissons !
Dépliant La violence c'est assez ! Numéro 1
Dépliant La violence c'est assez ! Numéro 2

Poster J'ai reçu des fleurs aujourd'hui
Poster La violence conjugale détruit !! Réagissons
Poster L'amour ça devrait pas faire mal... Parles-en !

Article Connaissez-vous le Centre de Femmes de Mékinac ?
Article La violence détruit... Réagissons!
Article Les comportements violents, tentons de les comprendre...
Article Les conséquences de la violence chez la victime ainsi que sur son entourage.
Article Ne soyons pas complices de la violence... réagissons !
Article Tu es victime de violence ? Tu connais une personne qui en est victime ? Tu as des questions ?
Article Pour mieux comprendre et lutter contre la violence
Article La violence conjugale ? Non merci !

Affiche Coup de velours dans un gant de fer


Association touristique régionale de la Mauricie Netfemmes