Logo de Femmes de Mékinac

Femmes de Mékinac


Présentation Membres Activités Documents et Publications Femmes de coeur Revue de presse Pour nous joindre

L'Hebdo Mékinac / Des Chenaux - 4 mars 2000

Un centre de femmes

L'organisme «Femmes de Mékinac» souhaite en implanter un dans la région

Véronique Darveau

    Sainte-Thècle

Basant son argumentation sur le fait qu'aucune instance régionale n'offre des services spécifiquement orientés vers la femme, l'organisme «Femmes de Mékinac» cherche les appuis nécessaires à l'implantation d'un centre de femmes, lequel serait situé à Sainte-Thècle. Les prévisions les plus optimistes veulent que ce dernier soit opérationnel d'ici deux ans.

À tort, les centres de femmes sont souvent perçus par la population comme des établissements pour femmes violentées. Même si on y mène une lutte contre la violence conjugale, leur mission est toute autre. En fait, elle tient en un seul énoncé: améliorer, de par quelque moyen que ce soit, la condition sociale et économique de la femme.

Mais cette «condition» de la femme est-elle à ce point alarmante pour que l'on songe sérieusement à implanter un tel établissement dans la région? Selon une étude menée par Femmes de Mékinac, le revenu moyen de la femme dans la MRC Mékinac s'élevait à 11 641$ en 1996, alors que celui de l'homme atteignait les 23 054$, soit plus du double. «En tenant compte de ces conditions socio-économiques et le fait qu'il y ait peu de services spécifiquement orientées vers la femme dans la région, il est essentiel de créer un centre de femmes», défend la coordonnatrice de l'organisme responsable de son implantation future, Mme Nathalie Lefebvre.

Il existe 90 établissements du genre au Québec. À l'heure actuelle, le plus près est situé à Shawinigan. Ce dernier agit comme mentor dans le présent dossier auprès de Femmes de Mékinac, tout comme l'Héritage à Louiseville.

Concrètement, un centre de femmes est synonyme d'écoute, de rencontres, d'ateliers et de conférences portant sur des sujets ou problématiques rejoignant la femme ou encore susceptibles de l'intéresser. À titre d'exemple, certains centres ont développé des cuisines collectives et des groupes d'achat. «Un centre de femmes s'adresse à toutes les femmes issues de tous les milieux», tient à préciser la coordonnatrice de Femmes de Mékinac. «Nous ne nous développerons pas au détriment des autres organismes de la région et nous respecterons les associations féminines en place. Le centre de femmes offrira des services différents», assure Nathalie Lefebvre.

En attente

Une demande d'accréditation a été déposée à la Régie régionale de la santé et des services sociaux en début d'année. Mais voilà, aucune accréditation auprès des organismes n'a été accordée par la Régie régionale depuis avril 98, la raison étant que l'on procède à l'élaboration d'une nouvelle politique d'accréditation. Conseiller au programme de soutien aux organismes communautaires à la Régie régionale, Guy Godin explique: «II y avait de l'insatisfaction de part et d'autre, dans les organismes comme à la régie. Les critères d'évaluation étaient tellement larges qu'ils ne filtraient pas grand chose.»

Les organismes et la Régie se sont donc assis à une même table pour voir à l'élaboration de la politique. Mais suite à un malentendu, les organismes se sont retirés de la discussion. Un second comité de travail a été depuis mis sur pied et l'on assure à la Régie que la nouvelle politique de reconnaissance devrait être adoptée d'ici quelques semaines. Il est clair pour Guy Godin que la quarantaine de dossiers reçus depuis avril 98 seront traités en priorité.

Prévisions

Tenant compte de tous ces faits, les prédictions les plus optimistes veulent que le Centre de femmes de Mékinac soit en opération d'ici deux ans. Il sera situé à Sainte-Thècle, point de jonction des dix municipalités du territoire. Déjà on émet l'hypothèse que des ateliers pourraient être dispensés dans les autres municipalités; à raison d'une journée par semaine. D'ici là, une étude sera menée auprès des femmes du territoire afin de déterminer quels seront les services offerts. L'organisme Femmes de Mékinac compte déjà sur des appuis massifs notamment du bureau du député du comté de Laviolette, Jean-Pierre Jolivet, du CLSC Vallée de la Batiscan et du Centre local de développement Mékinac.

Photo L'Hebdo/Véronique Darveau

Depuis son incorporation l'année dernière, l'organisme à but non lucratif «Femmes de Mékinac» multiplie ses interventions en faveur de la reconnaissance de la femme. Depuis quelques mois, elle dispense de la formation aux femmes sur les instances municipales tout en les encourageant à s'intégrer dans les milieux décisionnels. Basé à Sainte-Thècle, «Femmes de Mékinac» emploie deux salariées et affiche un budget annuel de 50 000 dollars. On aperçoit ci-haut la vice-présidente de l'organisme, Mme Diane St-Arnaud, la coordonnatrice, Mme Nathalie Lefebvre ainsi que la secrétaire, Mme Monique Lachance. (Photo L'Hebdo / Véronique Darveau)


Association touristique régionale de la Mauricie Netfemmes