Logo de Femmes de Mékinac

Femmes de Mékinac


Présentation Membres Activités Documents et Publications Femmes de coeur Revue de presse Pour nous joindre

L'Hebdo Mékinac / Des Chenaux - 17 février 2001

Un Centre de femmes pour la région Mékinac

L'organisme Femmes de Mékinac obtient sa reconnaissance

Véronique Darveau

    Sainte-Thècle

Femmes de Mékinac n'a jamais été aussi près de la victoire. Le mouvement féminin vient tout juste d'être reconnu par la Régie régionale à titre d'organisme communautaire oeuvrant dans le domaine de la santé et des services sociaux. Cette reconnaissance lui donne maintenant droit de procéder auprès de la Régie à une demande de financement qui, si acceptée, lui permettra de couvrir les frais reliés au fonctionnement de son centre de femmes.

L'idée d'établir un centre de femmes dans la région Mékinac coïncide avec la création en 1999 de cet organisme à but non lucratif. Un moratoire empêchait toutefois le mouvement d'obtenir une accréditation de la Régie régionale de la santé et des services sociaux. Bien que sa mission s'apparentait déjà à celle défendue par ce type d'organisme, Femmes de Mékinac ne pouvait, sans cet appui, s'afficher publiquement comme centre de femmes.

«Dans l'immédiat, notre accréditation ne changera rien aux services déjà offerts par Femmes de Mékinac mais nous procéderons bientôt à une demande de financement en bonne et due forme auprès du programme S.O.C. [Soutien aux organismes communautaires]. C'est là que ça devient intéressant», précise la directrice de l'organisme, Mme France Déry. Depuis sa création, Femmes de Mékinac doit sa survie à de nombreuses activités de financement et à l'octroi de subventions salariales gouvernementales. Les café-rencontres, les sessions d'information, les ateliers de croissance personnelle et les manifestations publiques telle la marche des femmes s'inscrivent à l'intérieur d'un budget annuel de 20 000 dollars, incluant le salaire des employés. Si la ministre Pauline Marois acquiesce à la demande faite récemment par les 90 centres de femmes de la province, chacun d'entre eux recevra une enveloppe budgétaire de 165 000 dollars pour l'année 2001-2002.

Obtenir un financement récurrent par le biais du programme de Soutien aux organismes communautaires de la Régie régionale impliquerait nécessairement un agrandissement des locaux présentement occupés par Femmes de Mékinac. Ces derniers sont situés à Sainte-Thècle dans le même édifice qui abrite les bureaux de la municipalité et ceux du Centre local d'emploi. «On pourrait alors diversifier nos activités et mettre sur pied des cuisines collectives pour les femmes dans le besoin», avance la directrice France Déry.

Incluant celui de la MRC Mékinac, on recense au Québec 90 centres de femmes. Ces derniers fournissent appui et écoute à celles qui les fréquentent. Il s'agit bien souvent d'un service de première ligne qui informe la femme sur ses droits, la réfère à d'autres organismes, l'éduque sur diverses problématiques sociales, l'outille, la conseille et la défend. La prévention y occupe également une place de premier plan. Aux yeux de ses instigatrices, la présence d'une telle instance dans la région Mékinac est pleinement fondée. «Un document publié récemment par le Conseil du statut de la femme rapporte que les femmes de notre MRC vivent une situation plus précaire que celle vécue par les femmes habitant la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine», commente France Déry.

La présidente du conseil d'administration, Mme Nicole Veillette, renchérira les dires de la directrice: «Sur notre territoire, 375 familles sont dirigées par des femmes. Ces familles vivent dans une situation de dépendance économique. Elles sont victimes d'isolement, de pauvreté et d'un manque de formation professionnelle.» Les statistiques révèlent en effet que le revenu moyen des femmes de la région Mékinac s'élève à 11 600$ alors que celui des hommes atteint 23 000$. Autre fait alarmant, 12% des femmes âgées entre 25 et 44 ans ont moins d'une neuvième année de scolarité. Finalement, le taux de chômage chez la gent féminine atteint 17,5%.

Par l'entremise du député du comté de Laviolette et ministre des Régions, Jean-Pierre Jolivet, les intervenantes du Centre de femmes de Mékinac ont sommé les autorités gouvernementales d'acquiescer à leur demande de financement. Ce dernier s'est dit convaincu de la pertinence d'un centre de femme dans la région mais il a tenu à rappeler que la ministre responsable, Mme Pauline Marois, se doit de respecter les budgets qui lui sont alloués.

 

Photo L'Hebdo/Véronique Darveau

 

On reconnaît dans l'ordre Mmes Annie Désilet, conseillère au programme S.O.C. de la Régie régionale, France Déry, coordonnatrice de Femmes de Mékinac, France Lavigne, codirectrice du Centre de femmes de Shawinigan et Nicole Veillette, présidente du conseil d'administration de Femmes de Mékinac. (Photo L'Hebdo/Véronique Darveau)


Association touristique régionale de la Mauricie Netfemmes